Bienvenue sur le forum, en cas de problème contacter un administrateur ici

Messes du dimanche

Modérateur : Modérateur public

Luccrecia Berlusconi
Messages : 149
Inscription : 30 janv. 2017, 21:14

Messes du dimanche

Messagepar Luccrecia Berlusconi » 10 déc. 2017, 12:30

RP :
Comme tous les dimanches, des fidèles de l'Unique se réunirent dans une des églises de Ksach. Aujourd'hui, c'est le Père Demiche qui anime la messe. Enjoué, il commence après l'arrivée et l'installation de son audience sous la mélodie de l'orgue :



Mes chers enfants,


Nous sommes réunis en ce jour comme nous devons être unis chaque jour dans notre vie quotidienne : sous l'amour de l'Unique. Cet amour, ce n'est pas simplement l'amour qu'il nous porte, mais l'amour que nous lui portons. Cet amour est tel l'amour des enfants vers leurs géniteurs, la reconnaissance que nous leurs devons et qu'il nous rendent par leur affection, leurs soins, leur compassion. L'Unique est notre père, notre créateur. Il veille sur nous du haut des cieux, et nous le comblons de nos prières.
Il nous a tant aimés qu'il a créé nos corps, qu'il nous a donné la vie. À nous, il a donnés des frères et des soeurs pour éclairer ce monde et nous donner un sens. À nos frères et soeurs, il nous a donnés nous pour que nous les réconfortions et dispersions leurs doutes afin que bientôt, il n'y ait qu'un seul et unique "Nous" : les enfants de l'Unique, fidèles à leur père.

Il nous a tant donné, sans pourtant s'arrêter là : après le monde, après nous-même, il nous a offert de quoi l'aimer en retour : le libre-arbitre. Et c'est par notre libre-arbitre que nous choisissons chaque jour le bon chemin : le chemin d'un monde meilleur. C'est par celui-ci que nous inspirons nos frères, comme l'Unique nous inspire chaque jour. Aidons les démunis, éduquons notre prochain, pour que celui-ci puisse à son tour aimer l'Unique dans toute sa Grandeur.


Chant/Prière
Unique, vois devant toi l'Homme fidèle,
Lui qui te confie sa foi,
Que tu as fait naître de toi
En te prenant pour modèle.

Unique, nous sommes les serviteurs
Du plus digne des seigneurs,
Prônant une seule loi :
"Ne vous divisez pas"

Alors d'une seule hardeur, d'une parole, d'une voix
Nous déclarons en choeur l'objet de notre foi

Mon ami, mon voisin, mon frère,
Vois comme le monde est beau !
Combattons la misère
Devenons ses vassaux.

Entre ton cœur et tes larmes, entre les étoiles et la terre,
Tu ravives notre flamme, toi l'Unique, notre Père.



RP :
Le prêtre reprend ensuite avec un enthousiasme certain :

Unique, nous te remercions de nous avoir donné la vie, de nous avoir confié le monde. Chaque jour , nous espérons nous montrer dignes de la confiance que tu nous as vouée par ce geste. Nous vivons sur ton coeur, la Tannissie, comme tu vis dans nos âmes.
Nous te chérissons comme nous chérissons nos parents. Tu nous as donné la vie et la lumière, mais bien plus : tu nous as donné un but : celui de prendre soin les uns des autres, nous unir malgré nous. Nous avons tous été enfants, et nous le sommes toujours : nous sommes des enfants qui avons grandi, qui avons rencontré d'autres enfants, qui les avons pris comme amis, mais qui nous fourvoyons parfois. Par notre libre-arbitre, nous distinguons le Bien du Mal, bien souvent davantage chez les autres que chez nous. C'est pourquoi nous devons vivre ensemble, pour nous améliorer nous-même. C'est en cela que le libre-arbitre est si précieux, et qu'il est le plus beau cadeau que notre Père pouvait nous offrir.

Merci, Unique, d'avoir donné une vie plus longue aux descendants des êtres pervertis pour qu'ils puissent réussir à reconnaître la vérité avant que n'arrive la Funeste. Merci de nous avoir offert la parole pour les guider, et guider tous les Hommes. Dans la voie de Sainte Winifred qui n'abandonna jamais la mission de guide qu'elle s'était donnée, qui en est morte, et par la suite ressuscitée pour protéger tous les hommes, quelles que soient leurs croyances, ne perdant jamais espoir qu'ils se tournent vers la vérité. Jamais nous ne faillirons, jamais nous ne te décevrons, et bientôt viendra le jour où nous nous présenterons unis devant toi. Dans cette espérance, en attendant cet instant, pour garder le courage et la motivation nécessaires pour accompagner nos frères, nous nous réunissons chaque semaine dans cette église, réfléchissant à nos actes, nous rappelant que nous ne sommes pas seuls, et revenant plus nombreux chaque semaine, emplis de la soif de l'amour de l'Unique.

Unique, tu t'arrachas le coeur pour nous donner un toit, créa la vie, créa les plantes. Nous sommes libres de parcourir le monde, libre de vivre. Kelkalor est notre demeure à tous, Enfants de l'Unique.
Il est notre honneur, notre ravissement, notre joie, de nous dévouer à notre Père si bon. Nos âmes te suivront toujours, Unique, et notre dévotion est grande. Nous guiderons nos frères vers toi, Créateur du monde, pour qu'ils profitent eux aussi de ta lumière. Nous te suivrons partout, Unique ; et nous emmènerons nos frères avec nous. Nous nous émerveillerons ensemble du monde que tu as créé, et des possibilités qu'il nous offre. Nous forgerons notre avenir de ton coeur, de cette terre bénie, pour te rendre fier, aussi fier qu'un père peut l'être. Ainsi, nous serons, moi et mes frères, comblés.

Alors voyagez, allez vers l'autre, dites à vos frères qu'Il est là, qu'Il ne les abandonnera jamais ! Que nul n'ignore Son nom ! Le nom est le début de toute chose. Vous avez chacun un nom, portez le fièrement, aussi fièrement que votre blason, votre famille : vous êtes tous "Enfants de l'Unique".
Allez vers l'autre, présentez-vous, rencontrez-le, car c'est là la première chose pour répandre l'espoir, la connaissance, la bonté, la foi.
Je suis Père Demiche, enfant de l'Unique, et vous, mes frères ?

RP :
Chacun se tourne alors vers son voisin et se présente en lui serrant la main : "Je suis Jean/Claire/Marin/Mirza/etc, enfant de l'Unique, et je vous souhaite une belle journée !" et quitte l'église avec un sourire.
Luccrecia Berlusconi - Qui vit par le feu meurt par le feu.
Néopilina - Qui vit par l'eau peut apparemment mourir par le feu également.
Avatar de l’utilisateur
Rodolphe von Rebka
Messages : 166
Inscription : 25 nov. 2016, 10:22

Re: Messes du dimanche

Messagepar Rodolphe von Rebka » 17 déc. 2017, 03:47

Accueil :

RP :
L'église de Clerbin les Mouilleuses dans la région de Rieu, en Altérak, avait été rénovée depuis peu. Laissée un peu en déshérence par un prêtre voyant ses ouailles de moins en moins nombreuses elle fut reprise par un nouveau prêtre envoyé par l'IEV.

Le jeune Eribert de Meulle venait tout juste d'être ordonné prêtre par l'ordre In Ecclesia Veritas qui grâce à des accords conclus avec l'empereur de Tannissie, reprenait la main sur les séminaires religieux.

Arrivé dans sa nouvelle paroisse depuis quelques jours il avait demandé l'aide des paroissiens afin de nettoyer de fonds en comble son église, la fleurir, restaurer les statues manquant de couleur et accrocher des banderoles appelant les fidèles à retrouver la foi.

Ce matin de 17 décembre, les dévots avaient été envoyés par le père de Meulle frapper à la porte des retardataires afin de rappeler à tous de venir à la messe écouter la parole de l'Unique. Parmi eux se trouvait bien entendu le seigneur de Clerbin les Mouilleuses avec quelques uns de ses gardes tous participant à l'effort paroissial. Le village retrouvant alors la beauté de la foi des temps anciens.

À l'appel des cloches, les croyants s'étaient donc ainsi rassemblés à l'avant de l'Église, profitant des premiers rayons du soleil de l'hiver.


Le jeune père de Meulle se tenant sur le perron de l'église ouvrit les bras en grand, les levant vers le ciel, et clama fort


Bénédiction

"Oh Dieu Unique accueille les prières de tes fidèles et dans ta bonté accorde leur ta bénédiction."


RP :
Puis il entra dans l'église, les portes étaient grandes ouvertes deux enfants de coeur tenant chacun un chandelier de procession se tenaient devant. Quand le père de Meulle les dépassa ils le suivirent et alors les choeurs se mirent à chanter pendant que les fidèles s'installaient petit à petit dans l'église, le seigneur de Clerbin les Mouilleuses et sa famille en tête s'asseyant sur les bancs de devant.


chant de louange

https://www.youtube.com/watch?v=ob7A-buGAJA

RP :
Le père de Meulle s'arrêta devant l'autel derrière lequel se dressait un arbre sculpté, un chépin, dont les feuilles avaient été recouverte d'une peinture toute fraîche couleur violose.

Après avoir fait le signe de croix, symbolisant la bénédiction du Dieu Unique (haut), vers ses fidèles (bas), et le choix entre le mal (gauche) et bien (droit) par le libre-arbitre, le père de Meulle commença la messe.



Oh Dieu Unique vois ici tes enfants, nous nous présentons à toi en pénitents, prends pitié de nous.


Prière d'ouverture

RP :
Ces derniers mots étant ensuite repris par les fidèles.


Le prêtre récita ensuite une prière en langue classique qui n'a rien à voir avec le commun.



Ceux qui te confient leurs peines
Les récentes comme les anciennes
Ils viennent à toi en pénitents

Unique écoute leurs prières
Accorde leur ton pardon
Donne leur ta bénédiction
Ainsi que ta force et ta lumière

Dans Ton Eglise nous sommes tous unis dans la foi
Combattant l'hérésie qui nous détourne de toi

Unique tu es notre père
C'est Toi qui a créé ce monde
Pour que nos âmes vagagondes
Trouvent le chemin vers ta lumière

Par la foi dans notre cœur, la force de notre glaive, et notre soumission à ton Eglise
Nous nous destinons à servir ta Juste Cause car notre âme entière t'es conquise


Nouveau chant liturgique / prière universelle

RP :
Les chœurs entonnèrent alors une nouvelle prière.


https://www.youtube.com/watch?v=JwK21RL_KgE

RP :
Pendant que leur chant résonnait dans l'église des enfants de choeur se rendirent vers les premiers bancs afin de faire embrasser au seigneur de Clerbin les Mouilleuses et sa famille une étole de soie brodée au sigle de l'I.E.V sur laquelle était brodée un chépin violose.
Puis les enfants de chœur présentèrent à l'ensemble des fidèles l'étole devant laquelle tous s'agenouillèrent.
Ils allèrent ensuite vers le prêtre qu'ils recouvrirent de cette étole.

Quand la prière fut terminée un enfant de choeur apporta au prêtre un ouvrage fort épais et bien lourd et tourna quelques pages. Le prêtre toujours face à l'autel et au chépin violose sculpté dans l'abside commença alors la lecture.


Lecture des saints écrits


Epitre de Saint Juste aux Sartakiens

En vérité, en vérité je vous le dis l'Unique est Union et la division est chaos.
Et c'est pour cela que l'Unique a créé un seul monde. Que lorsque celui-ci fut en danger à cause des perfides druides, exterminateurs, profanateurs, démonistes, mangeurs d'enfants il ne lui donna qu'un élu, Yougonoul.
Destiné à créé un empire, la Tannissie. Et à un seul peuple, ses enfants, vous, moi, mes frères.

Nous sommes le peuple élu, et notre destinée manifeste est de peupler ce monde et de le gouverner, grâce à l'empire que l'Unique nous a donné à cette fin.

Tous ceux qui croient en l'Unique, en sa bonté de nous avoir donné le monde, de l'avoir destiné à ses enfants, les Hommes, sont égaux face à lui et sont unis dans son amour.

Nul ne doit se laisser tenter par les voix malfaisantes des faux prophètes et des faux dieux, qui jalousent la puissance du notre, son amour pour nous et la force qu'il nous donne pour les combattre.

Pour que la lumière triomphe l'obscurité doit être vaincue. L'Unique est union, la division est chaos.
Alors brandissez vos torches, préparez les bûchers, car ceux qui refusent d'embrasser la vraie foi cherchent en réalité à semer le chaos et par la division et ils seront délivrés de leurs péchés par la purification du feu divin. C'est ainsi que nous leur offrirons la rédemption.

Accomplissez la volonté de l'Unique. Tuer des infidèles n'est pas un meurtre, c'est le chemin qui mène au ciel.

Et parce que les ténèbres se cachent dans l'ignorance, puisque nous ne pouvons prouver l'hérésie des suppôts des démons, obligeons les à prouver leur foi en l'Unique.


RP :
Le père de Meulle referma ensuite l'ouvrage et se tourna vers les fidèles et les bras levés leur parla en ces termes.



Homélie

Saint Juste qui de son vivant était un grand inquisiteur de mon ordre, In Ecclesia Veritas, fit tant de belles choses pour l'Unique, et sa foi, qu'il fut reconnu comme un saint par l'Eglise.

Chacun, d'entre vous ici est, peut-être, un saint en devenir. Nous avons tous une part de sainteté qui sommeille en nous, il nous suffit de prier avec assez de ferveur pour que l'Unique nous donne la force d'accomplir sa volonté.

L'Empereur nous a montré qu'il se dirigeait vers ce chemin. Il a pris conscience du danger que représente une nation divisée par le multi-culturalisme. Il a pris à cœur de défendre notre identité nationale, n'est-ce pas?
Son édit est guidé par la main de l'Unique.

En mettant hors de la société toutes les créatures anormales, inférieures, malsaines, et en les désignant : elfes, nains, drows, fées, hoshistsukis, dragons et bien entendu vampires il a prouvé qu'il avait l'intention d'être le champion de l'Eglise comme ont l'obligation de l'être les empereurs de Tannissie de part les devoirs qui leur incombe par leurs origines.

Car oui les dragons nous les avons vaincu autrefois en Tannissie mais il en existe encore, très peu, deux ou trois uniquement, pas plus, absolument pas plus, qui se terrent dans des régions reculées du monde.

Les fées, existeraient, il parait qu'elles dorment bien et bien qu'elles continuent à dormir


RP :
éclats de rire dans l'assemblée.


Mais les vampires....les vampires sont là. Nous les avons vu à l'oeuvre, lorsque les armées nécromantiques de Damien de Thorn menaient celles de l'infâme Vinyamar pour détruire l'Arbre de Vie.
Nous savons quelles promesses Damien de Thorn leur avait fait. Le monde, nous à leurs pieds! Comme du bétail. S'il parvenait à dominer le monde.
Nous savons quels crimes abjects ils commettent.
Les asservissements de puissants seigneurs en corrompant leur âme, en les transforment pour en faire des leurs.

Comment croire un instant que notre empereur ai pu être un vampire alors qu'il n'en est rien, et que justement il s'oppose fermement à eux.

Il ne sait que trop bien ayant le sang de Yougonoul dans ses veines, étant sur le trône impérial, le sort qui attend l'infâme qui se compromet avec de telles engeances.

Il n'est pas plus enviable que celui qui se compromet avec les dragons. Wherner l'usurpateur l'a compris à ses dépens, l'Unique guidant la main de son fils pour l'occire et l'envoyer dans la Géhenne répondre de ses péchés.

En vérité je vous le dis, tous ceux, quelqu'ils soient qui se compromettent avec les vampires méritent bien plus que l'excommunication ils méritent la mort. Et c'est le devoir de n'importe quel fidèle d'accomplir la volonté de l'Unique en les détruisant.

Bien sûr, l'Unique est amour aussi, l'Unique n'est pas qu'un dieu vengeur. Et comme pour toute créature la rédemption est possible dès lors qu'elle est sincère. Mais n'ayez aucun doute que pour toutes les créatures non humaines qui ont fait du tort à l'humanité, le prix de la rédemption sera très lourd.

Je me suis récemment entretenu avec votre seigneur sur la création de comité de surveillance de voisinage, afin de mieux vous préparer aux fléaux qui s'annoncent avec le retour des fées, des dragons et particulièrement des vampires.

Nous devons nous protéger les uns les autres. Sécuriser nos rues la nuit. Signaler tout comportement suspect d'individu manquant de foi et ayant donc pu sombrer dans l'obscurité.

Dans de nombreux villages d'autres prêtres, comme moi, issus de l'I.E.V, se préparent à prendre leur part pour défendre leurs brebis et les protéger du mal.

J'aimerai que vous joignez vos prières aux miennes pour que l'Unique guide l'Empereur et le Saint Pontife dans les temps troublés qui s'annoncent car seule l'alliance du trône et de l'autel peut assurer la sauvegarde de notre race, de notre peuple, notre empire, notre mère patrie, la Tannissie.

La prière que nous allons entonner est celle de notre ordre, écrite par notre très cher père abbé, Rodolphe von Rebka.

Prière de l'ordre


https://youtu.be/HYANKOyRvXc

RP :
Un enfant de choeur s'avança aux cotés du prêtre et commença le chant, dont le refrain fut ensuite repris petit à petit par les fidèles présents.

Une fois le chant terminé le prêtre termina la messe par la formule habituelle dans les messes de l'I.E.V.


Communion

L'Unique est à vos cotés, il guide vers Sa Lumière tous ceux qui écoutent sa voix et obéissent à son Eglise.

Que nul n'ignore Son nom ! Le nom est le début de toute chose. Vous avez chacun un nom, portez le fièrement, aussi fièrement que votre blason, votre famille : vous êtes tous "Enfants de l'Unique".
Allez vers l'autre, présentez-vous, rencontrez-le, car c'est là la première chose pour répandre l'espoir, la connaissance, la bonté, la foi.
Je suis père de Meulle, enfant de l'Unique, et vous, mes frères ?


RP :
Les fidèles se tournèrent alors chacun vers son voisin et se présentant en lui serrant la main : "Je suis Jean/Claire/Marin/Mirza/etc, enfant de l'Unique, et je vous souhaite une belle journée !" et quittèrent ensuite l'église avec un sourire.


Cette messe vous a été proposée par l'IEV
Dernière édition par Rodolphe von Rebka le 24 déc. 2017, 16:32, édité 1 fois.
Père abbé Rodolphe von Rebka, guide spirituel de l'IEV.
L'Unique est au dessus de tout.
Avatar de l’utilisateur
Umberto Di Genovese
Messages : 48
Inscription : 11 nov. 2016, 20:38

Re: Messes du dimanche

Messagepar Umberto Di Genovese » 24 déc. 2017, 06:07

Messe entendu dans l’Eglise de calabria,

Le Père Natale, membre de l’Eglise de la Charité, ouvre la messe dominicale avec sa belle voix de ténor accompagné par un chœur. Après la première chanson à la gloire de l’Unique, ils entament directement une deuxième chanson à la gloire de Saint Jean le Mystique chanté avec panache et gaité.
Cette deuxième chanson est suivie d’une troisième qui se terminent par des “merci seigneur“, “veille sur nous seigneur” .
Il s’en suit une quatrième puis une cinquième et enfin une sixième chanson, bien plus longues que les autres que le père Natale décident de re-chanter entièrement ... sans demander l’avis des fidèles.
Une heure ce passe depuis le début de la messe.

Ensuite le Père Natale s’avance sur la scène , regarde chaque personne venue honorer l’Unique, et il prend la parole.

Mes enfants, chaque dimanche mon cœur se remplit d’une grande joie car je sais que je vais avoir l’occasion de donner mes prières à mon dieu et il n’y a rien de plus beau que de le faire avec vous , ensemble nous sommes fort, ensemble nous donnons nos prières, nous donnons de la force à notre dieu l’Unique et il nous récompense en retour en nous donnant l’Amour et l'espérance.

(la voix du père Natale devient plus grave )
Les temps sont dur et la peur s'infiltre dans le cœur des hommes, oh seigneur, protège nous de la peur ! Oui seigneur, donne moi ton courage ! Mes enfants, vous aussi , sentez le courage de notre dieu en vous, donnez lui vos prières et en échange recevez son courage ! Oh seigneur , grâce a toi, je n’ai plus peur ! Merci seigneur de ta tolérance, tu accepte tout le monde, tu es bonté, et je veux te ressembler !

Mais d’autres personnes ont peur, et se réfugient dans le repli sur soi, le rejets des autres, ils disent vouloir l’union du monde mais proclame que pour l’attendre il faudra tuer, tuer une très grande partie du monde pour avoir l’Unité.. La peur ne rend pas intelligent, la peur ne nous conseille que des erreurs. L’union ne peut se faire que par la paix, la violence entraine la division. Prions pour que nos frères qui prient également l’Unqiue retrouve la raison et reprennent leurs esprits.

Alors que certaines prône le rejet et la violence, l’Eglise de la charité prône l'accueil et la bienveillance. C’est pour cela , qu’elle se propose d’aider toutes les nations qui accueillent les réfugiées. Elle pourra mettre une partie de ses locaux et de son personnel présent ainsi que ses compétences à disposition.

Biensur, les portes de nos Eglises resterons toujours ouverte pour tous, et je sais que vous aiderez ses nouveaux arrivants comme s’ils étaient là depuis toujours, nous saurons être à l’écoute de leurs souffrances et même s’il nous ne pourrons leurs redonner tout ce qu’ils ont perdus, nous tacherons de leurs permettre de reconstruire leurs vie au prés de nous. Nous leurs offrirons un lieu chaud pour qu’ils se réchauffe, et un lieu apaisant pour réchauffer leurs âmes.

Le Père Natale , commence alors une prière puis enchaîne avec un chanson , puis une deuxième qu’il demande aux fidèles de chanter avec lui, à la troisième , visiblement à court de souffle , il s'arrête, fait une pause puis reprend la parole.

Je sais également qu’il y a parmi vous des fidèles de l’Unique qui prient occasionnellement San Silvior, Je les encourage dans ce sens, San Silvior représente un espoir, la réussite et la prospérité, mais je dois leurs expliquer également qu’ils doivent le prier comme un saint, fidèle de l’Unique. Le prier sans le considérer fidèle de l’Unique serait se détourner de notre dieu, nous pouvons prier San Silvior mais nous devons également penser à envoyer nos prières également à l’Unique, il a besoin de nos prières pour porter son message de paix et tolérance.

Les cloches de midi vont bientôt sonner, déjà presque trois heure que nous somme ensemble, le temps passe si vite.
Mais comme toujours, finissons par les recommandations :
A ses mots, les fidèles se lèvent et parlent d’une même voix :

La différence est l'expression de vérités différentes, et non de la division.
La différence est l'expression du libre-arbitre.
La différence est l'expression de la volonté de l'Unique.
Amenons à nous ceux qui ont oublié le nom de l'Unique, par la force de la persuasion, et non celle de l'épée.
Et alors par la paix, nous connaîtrons l'amour et l'unité.

A la fin, le silence ce fait, et alors que les fidèles commencer a ramasser leurs affaires pour gagner la sortie, sur l’estrade, une femme sort des rangs du cœur et commence un chant ou deux…

https://youtu.be/a37bBm8pXSk




(Et bonnes fêtes à tous )
Image
Avatar de l’utilisateur
Rodolphe von Rebka
Messages : 166
Inscription : 25 nov. 2016, 10:22

Re: Messes du dimanche

Messagepar Rodolphe von Rebka » 24 déc. 2017, 16:31

Messe de la Saint Yougonoul.


Accueil :

RP :
La chapelle impériale était décorée de rubans de soie brodés d'or où des phrases des Saintes Écritures étaient inscrites.

La cour impériale était présente devant la chapelle, nobles et dames vêtus de leurs plus beaux atours. Au premier rang se tenaient, face au père abbé Rodolphe von Rebka, l'empereur Aleksandeur de Tannissie et son épouse, l'impératrice Marie-Aliénor.

Des pétales de pilounettes de couleur bleue marine ou blanche, fleurs agrémentant le jardin de la cure du père abbé, aux couleurs impériales, jonchaient le sol.

Des gardiens de l'empire veillaient à la sécurité des courtisans et du couple impérial, tandis que le peuple à qui les portes du palais impérial avaient été ouvertes à l'occasion, se pressait derrière les barrières installées pour le séparer de la cour, pour voir de loin l'empereur et son épouse.

Aux cris de "vive l'empereur!" le peuple acclamait son souverain qui, par ses récents édits, avait su renouer la confiance entre le trône impérial et ses sujets.

Le père abbé Rodolphe von Rebka se tenant sur le perron de l'église ouvrit les bras en grand, les levant vers le ciel, et clama fort


Bénédiction

"Oh Dieu Unique accueille les prières de tes fidèles et dans ta bonté accorde leur ta bénédiction."


RP :
Puis il entra dans l'église, suivi de deux enfants de choeur tenant chacun un grand chandelier de procession serti de pierres précieuses. Les choeurs se mirent alors à chanter pendant que la cour s'installait sur les bancs,
le couple impérial s'asseyant au premier rang, devant tous, face à l'autel et au père abbée Rodolphe von Rebka.


chant de louange

https://www.youtube.com/watch?v=yY-_DKaViPU


RP :
Le chépin violose représentant l'Unique avait été décoré de bandelettes de soie blanche et bleu marine aux couleurs de l'empire de Tannissie. 12 enfants de chœur se tenaient devant.

Après avoir fait le signe de croix, symbolisant la bénédiction du Dieu Unique (haut), vers ses fidèles (bas), et le choix entre le mal (gauche) et bien (droit) par le libre-arbitre, le père abbé commença la messe.



Oh Dieu Unique vois ici tes enfants, nous nous présentons à toi en pénitents, prends pitié de nous.


Prière d'ouverture

RP :
Ces derniers mots étant ensuite repris par les fidèles.


Le prêtre récita ensuite une prière en langue classique




Ô dieu Unique reçoit ici tes enfants
Qui viennent à toi sans aucune haine
Témoins de l'hérésie source peine
Donne leur la force des combattants


Arme leurs bras du bouclier et du glaive
Pour que nul ne résiste à ton anathème
Que les impies reçoivent ton baptême
Et l'hérésie plus qu'un mauvais rêve


Dans Ton Eglise nous sommes tous unis dans la foi
Combattant l'hérésie qui nous détourne de toi

Unique nous sommes tes soldats
Notre honneur s'appelle dévotion
Nous gagnons notre rédemption
Par l'intransigeance de notre foi


Par la foi dans notre chœur, la force de notre glaive, et notre soumission à ton Eglise
Nous nous destinons à servir ta Juste Cause car notre âme entière t'es conquise


Nouveau chant liturgique / prière universelle

RP :
Les chœurs entonnèrent alors une nouvelle prière.


https://www.youtube.com/watch?v=1drtim6 ... us&index=3

RP :
Pendant que leur chant résonnait dans l'église des enfants de choeur se rendirent vers les premiers bancs afin de faire embrasser à l'empereur Aleksander de Tannissie et son épouse une étole de soie brodée au sigle de l'I.E.V sur laquelle était brodée un chépin violose.
Puis les enfants de chœur présentèrent à l'ensemble des fidèles l'étole devant laquelle tous s'agenouillèrent.
Ils allèrent ensuite vers le père abbé qu'ils recouvrirent de cette étole.

Une fois la prière achevée, le père abbé reçu d'un enfant de chhoeur dont il caressait les cheveux par affection, une version des saintes écritures recouverte d'une reliure d'or, gravée et ornée de pierres précieuser où le chépin violose était fort visible en son centre taillé dans un énorme morceau d'améthyste violose, dont on raconte que la valeur est égale au coût de la cathédrale d'Alterak.

Le père démarra alors la lecture des Saintes Ecritures


Lecture des saints écrits


Épître de Saint Edonis aux martyrs :
Saint Edonis, martyrisé par un hérétique qui lui a tranché la main pour avoir tenté d’arracher des bijoux blasphématoires à une idole païenne en l’an 740 après la naissance de l’Empire.

Moi Edonis, fils de l'Unique, je m'adresse à vous, les enfants de l'Unique qui êtes tentés de servir d'autres dieux.

Que la vérité, la paix et l'amour vous soient accordés en abondance. Mes bien-aimés, j'étais bien décidé à vous écrire au sujet du salut qui nous est commun ; or me voici forcé de vous écrire pour vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux fidèles, une fois pour toutes, une foi pour tous. Car il s'est infiltré parmi vous des individus que l'écriture condamne depuis longtemps pour ce qu'ils font, des impies qui en priant des dieux anciens leur donne leur force et affaiblissent l'Unique. Détruisons les idoles et confisquons les offrandes qui leur sont adressées pour bâtir de nouvelles églises et développer la foi.

Bien que vous sachiez déjà tout, je veux vous rappeler ceci : l'Unique, qui a déjà sauvé une fois les peuples de leur ennemi, ne peut exister si nous n'existons pas pour lui. Aussi nos prières doivent aller vers lui afin que sa force nous protège, car quiconque se détourne de l'Unique se détourne de ses frères




RP :
Le père abbé Rodolphe von Rebka, pris quelques instants de pause, ferma l'ouvrage et le prit entre ses mains pour le tendre à l'enfant de choeur qui lui avait amené.

Il se tourna alors vers l'assistance puis les bras leva les bras, regardant vers le ciel, le plafond de la chapelle éteint peint d'une magnifique oeuvre des peintres Donatello, Michel-Angelo, Raffaello et Leonardo, représentant la création du monde, l'Unique déversant sa magie sur un globe kelkalorien.

Il débuta ensuite son homélie.



Homélie


Mes biens chers frères, mes biens chères soeurs, enfants de l'Unique, nous sommes ici réunis en ce jour béni afin de célébrer la naissance Saint Yougonoul, envoyé par l'Unique afin d'établir son royaume sur le monde de Kelkalor, un empire, uni, afin de gouverner tous les peuples et réunir les enfants de l'Unique sous Sa lumière.

Il nous a été envoyé en des temps obscurs lorsque le chaos menaçait de détruire le monde.

Car l'Unique est un dieu contemplatif qui a créé le monde mais nous a donné le libre arbitre afin d'en décider la destinée.
De nous permettre de faire le choix entre le bien et le mal, car c'est ce choix qui nous fait gagner le salut ou sombrer dans les enfers.

Le libre arbitre. Cette épée à deux tranchants qui laisse l'homme au cœur pur sans culpabilité et qui laisse l'homme au cœur lourd sans excuse, parce que sans libre arbitre il ne peut y avoir de conscience et sans conscience, pas de loi, ni d'ordre et certainement pas de justice.


Or nous connaissons à nouveau des temps bien sombres.

Des forces obscurs sont à l'oeuvre. Imaginez la frustration que doit ressentir notre père à tous, l'Unique, que de voir sans pouvoir réagir, son oeuvre être ainsi maltraitée, sabotée, détruite, par ses forces qui veulent le dominer et refaçonner son monde à leur image.

Comment espérer voir notre monde subsister si nous ne prenons pas la pleine conscience que ce grand pouvoir qu'il nous a donné, le libre-arbitre, implique également de grandes responsabilités.

Parmi ces forces vous avez entendu parlé de Glaurung, qui serait un grand dragon malveillant, il est encore trop tôt pour pouvoir connaître sa force réelle, il ne nous a présenté que des marionnettes à son service, mais avant lui il y avait déjà Damien de Thorn, un nécromancien semi-elfe, batard d'une sous-race adepte de la mort donc, ça ce n'est pas moi qui le dit, c'est vérifiable, qui en son temps a détruit l'Arbre de Vie avant que celui-ci ne puisse être replanté à Derovo/Nitopolis.

Il y a également Jeanne, qui s'est faite passée pour une envoyée de l'Unique, qui a réussi à duper de nombreux fidèles. Comme tout ce qui est, tout ce qui a été, tout ce qui sera, elle est une création de l'Unique. Son existence nous permet de tester notre fidélité au dieu fondateur, notre loyauté. On a tous vu l'impact néfaste de son influence sur la magie et ses conséquences. Utilisant ses pouvoirs pour duper les plus crédules en exploitant la magie, que nous avions bien fait jadis d'interdire, pour se faire passer pour Sainte.

J'ai entendu dire récemment qu'Argeleb frémit. Or vous le savez comme moi, ce qui est mort ne frémit pas. Des forces obscurs sont là encore à l'oeuvre dans l'antre du mal, le refuge des druides qui il y a deux mille ans ont voulu détruire l'humanité.

Certains esprits fragiles voudraient nous faire croire que la soumission est la solution à cette époque de troubles. Qu'il nous faut faire preuve de "tolérance" avec la "différence". Ces gens là cherchent à vous détourner de la voie de l'Unique. Là où commence le compromis avec ce qui veut vous asservir commence la soumission et l'abandon donc, du libre-arbitre.
Ces ordures cosmopolites adeptes de musique naine, ne sont en définitive que des agents du mal, qu'ils en soient conscients ou non.
A nous de leur montrer leur erreur.

L'Empire se portait-il mieux à l'époque de l'intransigeance dans la lumière de l'Unique que lorsque Rlandar VII a démarré une ère de tolérance? Vous tous ici présents connaissez la réponse à cette question.

L'empereur de Tannissie, Aleksander le bien-aimé, ne s'y est pas trompé avec son édit impérial. Et il a compris la nécessité d'une église forte en accordant à l'ordre In Ecclesia Veritas sa confiance.

Ainsi il a été convenu entre l'IEV et l'empereur Aleksander de Tannissie que dorénavant c'est l'IEV, du fait de son influence dans l'Eglise, sa logistique, le nombre de ses prêtres, délivrera les certificats de dévotion permettant d'accéder aux hautes fonctions. Et que l'IEV pourra également avoir accès aux registres du CROM sans interférer dans leurs affaires en aucune manière, seulement afin de pouvoir faire des rapports du point de vue de l'Unique, avec ce qui y est découvert.


C'est d'ailleurs d'autant plus une nécessité que récemment un être perfide s'est permis de mettre en danger le monde à cause de sa folie et de sa mégalomanie.

Je parle bien entendu, du baron Atrus Nito.

En s'attaquant à l'arbre de vie il a fait le choix de marcher dans les pas du nécromancien. Il a entrepris une action dont il n'avait aucune connaissance des conséquences. Il n'en parlé ni à nous, bien qu'il nous fit la proposition d'une telle action, proposition à laquelle nous n'avons pas répondu, ni à l'empereur qui bien qu'au courant que ce soit dans les projets d'Atrus n'a JAMAIS été averti que cette personne comptait mettre ses projets fous à exécution, sans quoi il l'aurait bien entendu empêché.

Certains ivrognes prétendent dans les tavernes que si Atrus Nito a essayé de couper des branches de l'Arbre de Vie, c'est parce qu'elles gênaient le déplacement des pigeons qui se font de plus en plus rares de nos jours, voir qui ont disparu du ciel.

Il n'en est rien. Seule sa folie l'a mené à ce blasphème.



RP :
Le père abbé s'avança de quelques pas pour se rapprocher d'Aleksander de Tannissie



Sa majesté impériale a été bénie par l'Unique. C'est le Saint Pontife qui l'a reconnu comme avatar de l'Unique.
En tant que tel il a donc une déclaration à vous faire


RP :
L'empereur se leva se tourna à son tour vers la foule, très attentive.




Cher peuple bien aimé. L'Unique m'a choisi parmi tous ses enfants pour libérer le monde du fléau qu'est Glaurung. Pour guider ses enfants vers sa lumière divine dans les temps troubles et obscurs que nous connaissons aujourd'hui.

Nito m'a déjà parlé de ses intentions et je l'avais mis en garde qui si de tels actes pouvaient être envisagés ils ne devaient en aucun cas n'avoir lieu sans qu'il me parle avant afin que je puisse être sûr que ce soit la volonté de l'Unique.

Or il n'en a rien fait. Au mépris de mes ordres, au mépris de toutes règles de sécurité, sans avoir consulté les prêtres de l'Unique, le baron Nito a agit seul mettant le monde en danger.

Cette folie ne peut rester impunie.

J'assigne Atrus Nito à résidence dans son palais, et dès à présent je confie à l'Ordre In Ecclesia Veritas la sainte mission de libérer la ville de Derovo de son oppresseur et pour qu'elle soit restituée au marquisat de Passionata.

Telle est la volonté de l'Unique. Nito ne doit plus jamais avoir la possibilité de nuire à l'Arbre de Vie et ainsi au monde.




RP :
Sous un tonnerre d'applaudissements, les traîtres diront courtisans triés sur le volet, les vrais diront charisme, l'empereur se rassit, laissant le père abbé terminer la messe.





Nous allons maintenant entonner notre prière, cette prière qui exalte l'alliance entre le peuple et sa patrie, la Tannissie, entre le trône et l'autel afin que l'empereur trouve la force de vaincre les forces du mal. Que ses armées marchent vers ses ennemis et trouvent la victoire.



Prière de l'ordre


https://youtu.be/HYANKOyRvXc

RP :
L'enfant de choeur qui avait amené les saintes écritures au père abbé déposa le livre saint sur sa chaise puis vint se positionner à ses cotés. Le père abbé lui mit la main sur l'épaule en guise de soutien et il put commencer son chant.


Une fois le chant terminé le père abbé termina la messe par la formule habituelle dans les messes de l'I.E.V.


Communion

L'Unique est à vos cotés, il guide vers Sa Lumière tous ceux qui écoutent sa voix et obéissent à son Eglise.

Que nul n'ignore Son nom ! Le nom est le début de toute chose. Vous avez chacun un nom, portez le fièrement, aussi fièrement que votre blason, votre famille : vous êtes tous "Enfants de l'Unique".
Allez vers l'autre, présentez-vous, rencontrez-le, car c'est là la première chose pour répandre l'espoir, la connaissance, la bonté, la foi.
Je suis père Rodolphe von Rebka, enfant de l'Unique, et vous, mes frères ?


RP :
Les fidèles se tournèrent alors chacun vers son voisin et se présentant en lui serrant la main : "Je suis Jean/Claire/Marin/Mirza/etc, enfant de l'Unique, et je vous souhaite une belle journée !" et quittèrent ensuite l'église avec un sourire.



Cette messe vous a été proposée par l'IEV
Père abbé Rodolphe von Rebka, guide spirituel de l'IEV.
L'Unique est au dessus de tout.
Luccrecia Berlusconi
Messages : 149
Inscription : 30 janv. 2017, 21:14

Re: Messes du dimanche

Messagepar Luccrecia Berlusconi » 31 déc. 2017, 18:30

RP :
Au doux son de l'orgue, les fidèles d'Oldburg entrèrent et prirent place dans l'église. Cette messe était différente des messes du dimanche habituelles : elle commençait après 23h en ce dimanche soir. Une jeune prêtresse de l'In Ecclesia Veritas, la Mère Veilleuse, y avait été nommée quelques mois auparavant. Cette dernière, après s'être placée devant l'autel face à l'assemblée, posa la main sur son front puis, la baissant jusqu'à la déposer sur son coeur, déclara :


Unique, tu veilles sur tes fidèles...
RP :
La main remonte alors sur l'épaule gauche...

… Et nous veillons sur toi en préférant au mal...
RP :
... et passe enfin de l'épaule gauche à l'épaule droite.
...le bien.

RP :
Le choeur prit alors le relais avec la prière d'ouverture, reprise d'une seule voix par les fidèles et la prêtresse :


Prière d'ouverture

Nous ne sommes que pêcheurs,
Mais tu conserves l'espoir,
Qu'en apprenant des déboires
Nous devenions meilleurs

Tu nous offris de choisir
Nul ne nous fera faillir :
Nous pouvons nous égarer
Mais jamais abandonner

Nous servirons toujours le seul Père qui soit
Notre lame est l'amour, notre pommeau la foi

Par notre libre-arbitre
Nous écrirons l'Histoire,
Chapitre par chapitre,
Tel est notre devoir

Ainsi vous serez fiers, Toi et tous les Saints :
Notre monde et nos frères sont dans de bonnes mains.


RP :
Après un court instant de recueillement, chacun, sans musique ni accompagnement autre que la voix de son voisin, récita, d'une voix plus calme :


Prière
Notre seigneur l'Unique
De qui descend toute noblesse et toute chevalerie,
Apprenez-nous à servir noblement ;
Que notre fait ne soit point parade ni littérature,
Mais loyal ministère et sacrifice coûteux.
Tenez nos âmes hautes, tout près de Vous,
Dans le dédain de la paresse intellectuelle,
et du confort de l'abandon de la pensée,
Car nous voulons gagner notre paradis
Non pas en faibles, mais à la pointe de l’épée,
Laquelle se termine en croix, et ce n’est pas pour rien.
Préparez-nous aux grandes choses par la fidélité aux petites,
Et enseignez-nous que la plus fière épopée
Est de conquérir notre âme et de devenir des Saints.
Nous n’avons pas visé moins haut, Seigneur,
Et nous sommes ambitieux,
Demandez-nous beaucoup, et aidez-nous à vous donner davantage.
Et puisque nous sommes livrés à Vous,
Ne Vous gênez pas pour nous prendre au mot et pour nous sacrifier,
Nous Vous le demandons malgré le tremblement de notre chair,
Car nous voulons n’avoir qu’une crainte, celle de ne pas Vous aimer assez.
Et quand au soir de notre dernière bataille,
Votre voix de Chef sonnera le ralliement de tous Vos Chevaliers,
Faites, Seigneur, c’est notre suprême prière,
Faites que notre mort serve à quelque chose,
Et accordez-nous la grâce de mourir debout.
Ainsi soit-il.


Homélie
RP :
La Mère Veilleuse se déplaça alors derrière l'autel et, faisant à nouveau face aux fidèles, déclara :


Mes amis, mes frères et soeurs,
Nous voici réunis au crépuscule d'une année...

Le temps de faire un bilan sur nos actes passés : nos fiertés, mais surtout nos erreurs... Tentés par la simplicité, chacun a pu se détourner, même éphémèrement, de l'Unique. La simplicité se traduit sous différentes formes : parfois il est plus simple de croire de nouvelles assertions que d'argumenter et de retrouver la vérité dans ce que nous savons, parfois il est plus simple de demander quelque chose à l'Unique et d'attendre que cette demande soit exaucée que d'agir pour obtenir ce que l'on souhaite... Nous avons tous été pêcheurs, chacun d'une manière qui lui est propre ; et c'est justement parce que nos pêchés relèvent d'une certaine individualité qu'une introspection est nécessaire. Prendre conscience de nos péchés est essentiel car cela nous permet de présenter des excuses sincères à l'Unique. N'oubliez jamais que chacun peut sauver son âme à condition de le vouloir.

Profitons de cette fin d'année pour parler des Saints : ceux qui ont su faire fi de leurs pêchés pour devenir des incarnations des valeurs de l'Unique, des êtres de foi. Saluons les Saints qui sont montés au ciel en 2017 : Sainte Winifred que l'Unique a eu la bonté de ramener à ses frères une deuxième fois, et Saint Rodrigo di Borja. Tous deux nous ont laissés l'impression d'être partis trop tôt... Mais ils ont rejoint l'Unique, comme ils l'ont mérité, et pour cela nous devons nous réjouir ! Ils ne nous ont pas abandonnés pour autant ! Ils sont là, avec nous, aujourd'hui comme demain : ils guident nos actes et confortent notre foi : chaque jour, ils nous inspirent, par le simple fait d'avoir existé ! Ils laissèrent alors un flambeau qu'il nous faut reprendre. Et celui-ci ne sera repris, non pas par l'affliction de nos erreurs passées, mais par la réussite de nos bonnes actions futures.

Alors je vous invite à tous vous recueillir et à réfléchir à votre influence au cours de l'année, en bien comme en mal...
RP :
La Mère Veilleuse et la plupart des fidèles baissèrent légèrement la tête, les mains jointes, d'autres s'agenouillaient au pied des durs bancs... tous observèrent un silence total, qui fut interrompu quelques minutes plus tard par les cloches de l'église : minuit sonnait.

La prêtresse reprit alors :


Mes amis, mes frères et soeurs,
Nous voilà ensemble à l'aube d'une année nouvelle !

Réaliser nos erreurs et demander pardon est pieux... mais la vraie foi ne s'arrête pas là : chaque échec, chaque expérience, peut être utilisé pour devenir meilleurs ! Ensemble, réfléchissons à ce qui pourrait nous aider à nous améliorer : tournons-nous vers les autres, tournons-nous vers l'Unique, ne fermons pas les yeux afin d'esquiver les affrontements face à ceux qui se fourvoient : passer son chemin nous donne une impression de paix une journée, mais mener l'autre vers la vérité lui offre la paix à jamais. Ne soyons pas fainéants lorsqu'il s'agit d'aider l'autre, apportons le bonheur autour de nous et aidons les miséreux !

Sainte Winifred et Saint Rodrigo di Borja veillent sur nous, comme le fait l'Unique. Nous avons également la chance, en ce premier janvier 2018, de côtoyer deux Saints vivants qui veillent sur nous de Kelkalor : le Saint Bernard et le Saint Godefroy II ! Comme leurs prédécesseurs, ils nous inspirent, l'un en retraite spirituelle et l'autre en tant que représentant de l'Eglise ! Alors soyez plein d'espoirs, menez une vie fidèle et pieuse, oeuvrez pour l'Unique afin qu'à votre tour, vous deveniez des Saints !

RP :
La grande porte de l'église s'ouvrit alors, laissant entrer, contrairement au soleil habituel, les ombres de la nuit, pendant que la Mère concluait la messe :


Communion
L'Unique est à vos cotés, il guide vers Sa Lumière tous ceux qui écoutent sa voix et obéissent à son Eglise.

Que nul n'ignore Son nom ! Le nom est le début de toute chose. Vous avez chacun un nom, portez le fièrement, aussi fièrement que votre blason, votre famille : vous êtes tous "Enfants de l'Unique".
Allez vers l'autre, présentez-vous, rencontrez-le, car c'est là la première chose pour répandre l'espoir, la connaissance, la bonté, la foi.
Je suis la Mère Veilleuse, enfant de l'Unique, et vous, mes frères ?

RP :
Les fidèles se tournèrent alors chacun vers son voisin et se présentant en lui serrant la main : "Je suis Hans/Gertrude/Herbeth/Nora/etc, enfant de l'Unique, et je vous souhaite une belle journée !" et quittèrent ensuite l'église avec un sourire.



Cette messe vous a été proposée par l'IEV
Luccrecia Berlusconi - Qui vit par le feu meurt par le feu.
Néopilina - Qui vit par l'eau peut apparemment mourir par le feu également.
Avatar de l’utilisateur
Rodolphe von Rebka
Messages : 166
Inscription : 25 nov. 2016, 10:22

Re: Messes du dimanche

Messagepar Rodolphe von Rebka » 07 janv. 2018, 13:25

Messe du 7 janvier 2018.


Accueil :

RP :
Dans la cité d'Hoffbourg à l'est de Ksach le prêtre d'une des paroisses s'apprêtait à célébrer sa messe dominicale.
Les fidèles étaient venus nombreux, l'ordre In Ecclesia Veritas étant fort apprécié en ces terres croyantes.
Le père Naud supervisait les préparatifs et pendant qu'il regardait les enfants de choeur s'atteler à installer les feuillets avec les prières, nettoyer les bancs et passer des chiffons sur les statues, il vérifiait de son coté la saveur du vin de messe.

Les cloches commencèrent à retentir sonnant l'appel des fidèles et il se dirigea alors vers l'entrée de l'église pour accueillir ses ouailles comme il se doit.

Une bonne petite centaine de fidèles étaient là attendant dans le froid que les portes de l'église s'ouvrent, nobles en tête.

Le père Naud leur sourit, et leva les bras au ciel.


Bénédiction

"Oh Dieu Unique accueille les prières de tes fidèles et dans ta bonté accorde leur ta bénédiction."


RP :
Puis il entra dans l'église. Deux enfants de coeurs le suivaient tenant les chandeliers de procession entre leurs mains tandis que le coeur se mit à chanter pendant que les fidèles s'installaient sur les bancs.


chant de louange

https://www.youtube.com/watch?v=oOrcn8h ... Y-_DKaViPU


RP :
A la fin du chant de louange le père Naud fit le signe de croix. Il regarda quelques instants le chépin violose symbolisant l'Unique puis prit la parole.



Oh Dieu Unique vois ici tes enfants, nous nous présentons à toi en pénitents, prends pitié de nous.


RP :
Ces derniers mots étant ensuite repris par les fidèles.


Ce fut alors le moment de la première prière de la messe. Toujours le dos tourné aux fidèles le père Naud s'éclaircit la voix puis commença la prière.


Prière d'ouverture



Ô dieu unique prends pitié de nous
Dans notre colère nous nous laissons aveugler
Frappant d'opprobre ceux que nous avons aimés
Créant entre nous moult remous

Accorde nous la sagesse salvatrice
Ne nous laisse pas succomber à l'ire
Qui donne de nous ce qu'il y a de pire
Sans pour autant renoncer à la justice

Aide nous à défendre ton monde merveilleux
Contre les idoles qui veulent le pervertir
Celles et ceux qui chercher à nous asservir
Ceux qui refusent d'écouter ton verbe judicieux

Dans Ton Eglise nous sommes tous unis dans la foi
Combattant l'hérésie qui nous détourne de toi

Unique nous choisissons ta lumière
Les faux dieux et les idolâtres
Nous préférons les combattre
Afin que de nous tu sois fier



Par la foi dans notre chœur, la force de notre glaive, et notre soumission à ton Eglise
Nous nous destinons à servir ta Juste Cause car notre âme entière t'es conquise


Nouveau chant liturgique / prière universelle

RP :
Les chœurs entonnèrent alors une nouvelle prière.


https://www.youtube.com/watch?v=R6R9gedqebA

RP :
Le chant résonnait dans l'église tandis que les enfants de chœur s'avançaient vers les bancs du premier rang afin de faire embrasser au plus important des nobles présent l'étole de soie brodée au sigle de l'I.E.V comme souvent dans la tradition la plus puriste des messes de l'I.E.V.
Sur cette étole, le chépin violose était évidemment brodé.
Ils la montrèrent ensuite aux fidèles qui s'agenouillèrent en guise de respect avant d'en recouvrir le père Naud.

Celui-ci tenait entre ses mains un exemplaire des Saintes Ecritures dont il commença la lecture.


Le père démarra alors la lecture des Saintes Ecritures


Lecture des saints écrits


Epitre de Saint-Rodolphe aux idolâtres.

"C'est pourquoi, le royaume de l'Unique est semblable à un seigneur qui voulut faire l'inventaire des dettes de ses vassaux.

Quand il se mit à compter, on lui amena un vassal qui devait dix mille Kelkadors.

Comme il n'avait pas de quoi payer, l'empereur ordonna que ses biens lui soient confisqués et qu'il fût réduit en servitude, lui, sa femme, ses enfants afin qu'ils travaillent sans relâches jusqu'à ce que la dette fût acquittée.

Le vassal, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit : mon seigneur, ayez pitié de moi et prenez patience, et je vous paierai tout.

Ému de compassion, le seigneur le laissa aller, et reporta l'échéance de la dette.

Après qu'il fut sorti, ce vassal rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent kourax. Il le saisit et l'étranglait, en disant : "Paie ce que tu me dois vile faquin". Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant : Aie patience envers moi, et je te paierai. Mais le vassal ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu'à ce qu'il eût payé ce qu'il devait. Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur seigneur tout ce qui s'était passé. Alors le seigneur fit appeler ce vassal, et lui dit : Méchant vassal, je t'avais remis en entier ta dette, parce que tu m'en avais supplié ; ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j'ai eu pitié de toi ? Et le seigneur, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il eût payé tout ce qu'il devait. C'est ainsi que notre Dieu l'Unique vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur. »



RP :
Le père Naud referma le livre et s'arrêta quelques instants. Il vérifia le marque page qu'il avait laissé pour citer un passage de la bible, feuilleta quelques pages avant et après...poussa un soupir puis se tourna vers l'assistance après avoir reposer le livre saint sur l'autel.

Il leva les bras au ciel et débuta alors son homélie.



Homélie



Mes biens chers frères, mes biens chères soeurs, enfants de l'Unique, l'Unique nous a donné un monde afin que nous y vivions, que nous y prospérions selon ses enseignements, dans sa lumière sainte qui nous éclaire chaque jour.

Le texte que nous avons lu nous parle de pardon. Le pardon est une affaire d'écoute. Nous ne pouvons pardonner à notre prochain ni nous ne savons pas l'écouter.

Mais comment pardonner aux idolâtres s'ils refusent de NOUS écouter. D'entendre la sainte parole de l'Unique.

Nous voyons des abominations tenter de corrompre le monde de notre créateur. Dragons, Fées, Vampires. Des nécromanciens qui pullulent et se croient tout permis suivant l'exemple de Damien de Thorn.

L'Unique a tracé une voie. Chaque fois qu'il a voulu intervenir sur le monde c'est par l'entremise d'envoyés qu'il l'a fait. Et c'est ainsi qu'il nous a donné Yougonoul pour bâtir son Eglise sur un Empire destiné à gouverner son monde.

Et parce qu'il respecte notre libre-arbitre, son plus précieux présent, il ne nous a jamais ensuite empêché de suivre le chemin que nous souhaitions prendre même si cela devait nous détourner de lui, qu'il ne nous a jamais empêché de faire quelqu'action que ce soit, bonne ou mauvaise, car seul l'homme libre ayant agit en conscience pour se laver de ses péchés mérite le repos de son âme à Ses cotés. L'homme parfait n'existe pas, nous sommes tous pécheurs parce que, justement, nous disposons de ce libre arbitre qui nous permet de nous détourner de l'Unique, mais également de retourner à lui.

C'est ainsi qu'il nous pardonne nos erreurs, lorsque nous nous repentons.

Et c'est pour cette raison que nous devons nous-mêmes accorder le pardon de ceux qui se repentent, c'est à dire de ceux qui emplis de contrition cherchent à racheter leurs fautes.

Des corbeilles vont passer parmi vous pour ceux qui souhaitent ainsi laver leurs péchés. Moi-même ainsi que les prêtres de mon ordre peuvent vous permettre de gagner votre salut en priant pour vous, pour ceux qui font preuves des sacrifices nécessaires pour racheter leurs fautes.

Notre sainte action demande beaucoup d'efforts, n'hésitez donc pas à vous montrer généreux, dans vos efforts de contrition.

En ce qui concerne les idolâtres, qu'ils prennent garde. Qu'ils prennent garde à ne pas écouter l'Unique.
Il a créé le monde, se détourner de lui et de ses enseignements c'est prendre le risque que le monde s'écroule sur eux et qu'ils disparaissent avec.

Voilà pourquoi nous ne pouvons les laisser faire, voilà pourquoi l'ordre In Ecclesia Veritas et son acharnement à défendre la seule vraie foi, celle du dieu fondateur, celle de notre Créateur, sont si importants pour la survie du monde en ces temps troublés.

Prends garde Glaurung, prenez garde, dragons, fées, vampires, prenez gardes les hérétiques sacrilèges adorateurs d'idoles malsaines....prenez garde au chemin que vous empruntez. Vous pourriez vous y perdre. Damien de Thorn, qui alors qu'il conquérait le Khapadnon a soudainement cessé ses invasions pour s'en prendre à Argeleb et l'Irminsul alors situé là bas, s'y est risqué et lui et les siens ne sont plus qu'un lointain souvenir source de dérisions.

Ce sera également votre sort et cela même si vous survivez à notre ordre. Je vous prédis un destin funeste si vous n'entendez pas la sainte parole de l'Unique.

Et ceux d'entre vous, mes enfants, qui ne cherchent pas également la rédemption, les rejoindront dans les flammes de l'enfer. N'hésitez pas à racheter vos fautes vous pourrez également demander les tarifs à nos prêtres lors des confessions, nous faisons actuellement une promotion sur l'adultère.



RP :
Chaque fidèle versait quelques pièces dans les corbeilles tenues par les enfants de choeur dont certains n'hésitaient pas à secouer celles-ci devant ceux qui ne donnaient pas ou leur jetait un regard noir devant les moins...contrits. .





Nous allons maintenant entonner notre prière, cette prière qui exalte l'alliance entre le peuple et sa patrie, la Tannissie, entre le trône et l'autel afin que l'empereur trouve la force de vaincre les forces du mal. Que ses armées marchent vers ses ennemis et trouvent la victoire.



Prière de l'ordre


https://youtu.be/HYANKOyRvXc


Communion

L'Unique est à vos cotés, il guide vers Sa Lumière tous ceux qui écoutent sa voix et obéissent à son Eglise.

Que nul n'ignore Son nom ! Le nom est le début de toute chose. Vous avez chacun un nom, portez le fièrement, aussi fièrement que votre blason, votre famille : vous êtes tous "Enfants de l'Unique".
Allez vers l'autre, présentez-vous, rencontrez-le, car c'est là la première chose pour répandre l'espoir, la connaissance, la bonté, la foi.
Je suis le père Naud, enfant de l'Unique, et vous, mes frères ?


RP :
Les fidèles se tournèrent alors chacun vers son voisin et se présentant en lui serrant la main : "Je suis Jean/Claire/Marin/Mirza/etc, enfant de l'Unique, et je vous souhaite une belle journée !" et quittèrent ensuite l'église avec un sourire.



Cette messe vous a été proposée par l'IEV.
Père abbé Rodolphe von Rebka, guide spirituel de l'IEV.
L'Unique est au dessus de tout.
Luccrecia Berlusconi
Messages : 149
Inscription : 30 janv. 2017, 21:14

Re: Messes du dimanche

Messagepar Luccrecia Berlusconi » 15 janv. 2018, 09:19

Accueil
RP :
C'est non loin de Champfol que le Père Plexité préférait officier. Des habitués venaient aider à la messe, régulièrement les mêmes car le village était petit, mais ils y mettaient du coeur et buvaient ses paroles ; et surtout : l'Irminsul vous fesait face lorsque vous sortiez de l'Eglise, et de ce spectacle, le Père Plexité ne se lassait jamais. Aujourd'hui, quelques enfants étaient parvenus à obtenir son approbation pour aider à sonner les cloches. Et c'est avec leurs rires en arrière-plan que le Père Plexité franchit les portes de l'Eglise avant de s'adresser avec bienveillance à la foule devant :


Bénédiction
Oh Dieu Unique accueille les prières de tes fidèles et dans ta bonté accorde leur ta bénédiction.

RP :
Le Père prit place sur le côté à l'entrée de l'Eglise, saluant toute personne qui en franchissait la porte. Une fois que chacun prit place, il traversa à son tour la grande allée qui séparait l'entrée de l'autel. L'orgue jouait pendant cette traversée, eut un léger silence lorsque le Père prit place derrière l'autel, et reprit de plus belle lorsque ce dernier entama un chant en Haut Tannissien.

Après un nouveau silence, le Père Plexité fit un signe de croix, repris par l'ensemble des fidèles, puis déclara :


Oh Dieu Unique vois ici tes enfants, nous nous présentons à toi en pénitents, prends pitié de nous.

RP :
À nouveau, les fidèles imitèrent le Père en repétant ces derniers mots, puis se turent pour écouter la prière d'ouverture.


Prière d'ouverture

Perdu dans l'incertitude, l'obscurité, la peur
Nous nous tournons vers toi, notre Lumière
Et les ombres qui nous effrayèrent
Disparaissent face à Ta Lueur.

Tu nous donnas esprit et glaive
Le Saint Pontife et l'Empereur
Ainsi, qu'importe la douleur
C'est notre foi nous relève

Nous ne succomberons pas au doute
Car notre confiance t'es acquise.
Obéissant à ton Eglise
Nous mettrons le Mal en déroute.

Pour toujours, appelle-nous tes chevaliers
Nous guiderons ceux qui ne furent pas guidés

Combattant ainsi l'hérésie
En partageant la vérité
Nous déferons l'obscurité
Autour des âmes perverties.

Par la foi dans notre chœur, la force de notre glaive, et notre soumission à ton Eglise
Nous nous destinons à servir ta Juste Cause car notre âme entière t'es conquise

RP :
Au cours d'un nouveau chant liturgique, un peu plus long que le précédent, les enfants de choeur apportèrent aux nobles du premier rang une étole de soie brodée au sigle de l'I.E.V et présentant le chêpin violose, lui aussi brodé.

L'étole fut ensuite présentée à l'assemblée, qui s'agenouilla respectueuse, puis elle fut amenée au Père Plexité qui s'en recouvrit, avec l'aide des enfants de choeur. Un dernier enfant apporta un exemplaire des Saintes Ecritures, puis disparut sur le côté droit de l'église pour en écouter la lecture.


Lecture des Saints Ecrits
Le Saint texte que nous liront aujourd'hui est la lettre de Yugonoul aux Seigneurs de la guerre :
"Seigneurs, alors que nous nous combattons les uns les autres tandis que nos ennemis profitent de nos divisions pour mettre un terme à notre existence, l'Unique m'est apparut. Le créateur de toute chose est venu à moi en songe après que j'eusse passé sept jours et sept nuits à le prier avec une grande ferveur, sans manger ni boire et me mortifiant afin que mes sacrifices m'amènent à lui. En pleine transe mystique je tombai dans un profond sommeil et je me sentis entouré par l'obscurité. Alors une lumière m'apparut puis j'entendis une voix.

L'Unique me parla : il se révéla à moi et me demanda de prendre le contrôle des armées de tous les seigneurs, y compris celles de nos ennemis Elfes et Nains, afin de lutter contre notre véritable et seule ennemie, la Secte des Origines.

L'Unique est Union, la division est le chaos. Nous devons cesser nos divisions et bâtir un monde de paix. Suivez le chemin qu'a tracé pour nous l'Unique, rejoignez ma bannière ! Que tous, quels que soient leur origine, leur âge, leur force, leurs certitudes, servent la même cause, celle de la paix. En échange de la promesse de la victoire, l'Unique me confia la mission de fonder une dynastie qui régnera sur un empire continental garant de l'ordre et de la stabilité pour tous les peuples.

Gloire à l'Unique! Vive Altérak! Vive l'Empire de Tannissie !"


RP :
Sans perdre de temps à refermer l'ouvrage, le Père Plexité enchaîna directement avec l'homélie qu'il avait préparé :


Homélie

À la lecture de ce texte, à la lecture de cette exclamation en particulier : "Suivez le chemin qu'a tracé pour nous l'Unique", nous nous imaginons un homme chanceux, un Saint qui percevait très bien quel était son but, ce que l'Unique attendait de lui, et qui pouvait le réaliser sans hésitation, en étant certain de bien faire, avec conviction : avec foi.

Certains parlent d'"élu", certains pourraient même penser que cela est injuste, par rapport à eux pour qui discerner ce que l'Unique attend d'eux n'est pas aussi clair qu'il semble en avoir été le cas pour Yougonoul. Ceux-ci se fourvoient : ce n'est pas Yougonoul qui était chanceux, c'était nous, car l'Unique nous a donné un guide et un protecteur. C'est ainsi que nous pouvons aujourd'hui lire ces écrits, qui nous montrent la vérité, qui nous montrent le bien.

Pour faire un lien avec l'actualité, voyez le Baron Nito : perverti par trop d'échanges avec les Elfes et les Druides, il a succombé à la peur et s'en est pris à l'Arbre de Vie. Et pourtant il est Homme. Et pourtant, il voulait bien faire, faire ce qui était juste, il pensait oeuvrer pour l'Unique. Et pourtant, il choisit le Mal. Mais Atrus Nito possédait son libre-arbitre. Ce don de l'Unique est une protection qu'il nous confia : une protection qui emplit notre coeur de regrets et nous détourne de l'erreur, une arme qui permet à notre coeur de se défendre contre les forces qui pourraient le pervertir, comme la nécromancie.

Nous avons tous été, comme Yougonoul, touchés par l'Unique : nous avons tous notre libre-arbitre. Celui-ci est décrit comme une épée à deux tranchants qui laisse l'homme au cœur pur sans culpabilité et qui laisse l'homme au cœur lourd sans excuse. Et pourtant, ne sombrez pas dans la facilité de la mauvaise interprétation : "être sans excuse" ne signifie pas "être sans chance de pardon". C'est en découvrant les mensonges des druides que le libre-arbitre d'Atrus Nito le ramena sur le bon chemin. Le Baron Nito gagna son pardon en choisissant de confier l'Arbre à l'In Ecclesia Veritas, en choisissant la voie du Bien.

Mais si celui-ci a eu une révélation qui le reconduit vers le droit chemin en découvrant qu'il croyait en des mensonges, tous n'ont pas un tel déclic. C'est pourquoi, en plus du libre-arbitre, l'Unique nous donna des protecteurs et des guides. Aujourd'hui, nous lisons la lettre de Yougonoul ; là est l'occasion de nous rappeler que l'Unique veille sur nous. Il désigna des protecteurs, comme l'Empereur, qui est son bras armé, mais également des guides comme l'est le Saint Pontife. La raison de la hiérarchie est la protection : chacun protège son vassal, la raison de l'Eglise est de nous aider à choisir le bien au mal. Ainsi, c'est à un Empire et une Eglise unis que revient la charge de veiller sur l'Arbre et sur le peuple : pour vous, pour le monde... Pour l'Unique ! Car nous sommes, et nous serons toujours "Un Peuple, Une Église, Un Empire".

Guider et protéger... Là est le fragile équilibre de la voie du Bien. Et c'est là que les Elfes, de part leur dernière déclaration, se fourvoient à nouveau et choisissent la voix du mal : il ne choisissent que la protection, sans penser au fait de guider, sans considérer de chance de pardon. Ils ne guident pas : ils anéantissent. "Exterminer un peuple par précaution" n'est pas une solution, car chacun a droit au pardon, et c'est ce qu'obtinrent ceux de leur espèce qui décidèrent de s'allier à Yougonoul, car ils ont contribué à la gloire de l'Empire. Chacun a une chance de se racheter, et là réside la raison même des croisades : apporter la vérité à tous, pour leur offrir la possibilité de choisir le Bien au Mal.


Je vous invite pour une minute à réfléchir sur vos actes, à vous remettre en question... Sachez qu'il est toujours temps d'oeuvrer pour le bien. Et c'est pourquoi je vous invite à venir vous confesser, après la messe ou cette semaine, car ceux qui meurent en pêcheurs doivent craindre les feux de la Géhenne. N'oubliez jamais, dans votre vie, de contribuer à l'Eglise : par votre temps, par vos dons, et par vos bonnes actions. A l'image de Yougonoul qui n'a ni mangé ni bu, qui s'est privé, qui s'est mortifié pour atteindre une transe mystique, comprenez bien que ce qui est donné à l'Eglise n'est pas perdu, mais gagné.

RP :
C'est au cours de ses dernières paroles, puis dans le silence qui suivit, ne laissant entendre que les échos des pièces des fidèles, que les enfants de choeurs parcouraient les allées en tendant des corbeilles pour la quête.

Une fois que celles-ci furent ramenées auprès de l'autel, le Père entonna la prière de son ordre avant d'enchaîner avec la communion.


Prière de l'ordre
https://www.youtube.com/watch?v=HYANKOy ... e=youtu.be

Communion
L'Unique est à vos cotés, il guide vers Sa Lumière tous ceux qui écoutent sa voix et obéissent à son Eglise.

Que nul n'ignore Son nom ! Le nom est le début de toute chose. Vous avez chacun un nom, portez le fièrement, aussi fièrement que votre blason, votre famille : vous êtes tous "Enfants de l'Unique".
Allez vers l'autre, présentez-vous, rencontrez-le, car c'est là la première chose pour répandre l'espoir, la connaissance, la bonté, la foi.
Je suis le père Plexité, enfant de l'Unique, et vous, mes frères ?

RP :
Les fidèles se tournèrent alors chacun vers son voisin et se présentant en lui serrant la main : "Je suis Enguerrand/Adélaïde/Bastien/Elsa/etc, enfant de l'Unique, et je vous souhaite une belle journée !" et quittèrent ensuite l'église avec un sourire.


Cette messe vous a été proposée par l'IEV.
Luccrecia Berlusconi - Qui vit par le feu meurt par le feu.
Néopilina - Qui vit par l'eau peut apparemment mourir par le feu également.
Luccrecia Berlusconi
Messages : 149
Inscription : 30 janv. 2017, 21:14

Re: Messes du dimanche

Messagepar Luccrecia Berlusconi » 28 janv. 2018, 13:59

Accueil
RP :
C'est dans le village d'Unika que le Père Amptoire accueillait ses fidèles. Le son de l'orgue était doux, et l'église était élégamment décorée de fleurs hivernales et de bougies. Une ambiance douce et une lueur tamisée reignaient à l'intérieur du lieu saint. Et pourtant, le prêtre contrastait avec le doux lieu par un air sec, contrairement à son habitude.

C'est tout de même avec un sourire qu'il s'adressa à la foule, des portes de l'église.


Bénédiction
"Oh Dieu Unique accueille les prières de tes fidèles et dans ta bonté accorde leur ta bénédiction."

Chant de louanges
RP :
Il franchit le premier les grandes portes tandis que les enfants de choeur accueillaient les fidèles, avant de traverser la longue allée pour le rejoindre auprès de l'autel. Lorsque chacun eût gagné sa place, ils entonnèrent un chant en Haut Tannissien. Après les quelques instants de silence qui suivirent les derniers vers de ce chant, le Père Amptoire déclara, de sa voix forte :


Oh Dieu Unique vois ici tes enfants, nous nous présentons à toi en pénitents, prends pitié de nous.

RP :
L'Eglise reprit alors, solennelle, avec la prière d'ouverture :


Prière d'ouverture
L'Unique nous rassemble dans une foi sincère
Il est la terre, le monde qu'il nous a confiés
Nous le reconnaissons dans toutes les entités,
Dans toute idée, et dans nos frères

Toutes les nations portent Ton étendard
Chacun de nous Te porte dans son coeur,
A travers Lui, nous sommes nos frères et soeurs
Ne formant qu'Un malgré tous nos déboires.

Même si des idoles cherchent à nous diviser
Nous resterons droits et fiers, nous ne faillirons pas
Que ces démons essayent, ils connaîtront leur trépas
Quels que soient leurs pouvoirs, nous sommes une Unité.

Pour tous les jours à venir, nous défendrons notre Père
Pour, quand viendra notre heure, vivre dans Sa lumière

Nous donnerons tout, jusqu'à notre âme
Si jamais un tel sacrifice
Peut Nous protéger du Vice
Et sauver le monde des Flammes

Des cieux tu motives notre triomphe, dans ta parole nous trouvons le réconfort,
Tu guéris le coeur de tes fidèles, ton existence même justifie tous nos efforts.

RP :
C'est au cours de cette prière que certains enfants de choeur firent embrasser aux nobles du premier rang de l'Eglise une étole de soie brodée au sigle de l'I.E.V. sur laquelle était brodée un chêpin violose, tandis que les autres apportèrent religieusement un ouvrage massif et décorés de milles dessins dorés, apparemment inspirés de la végétation. Ils l'ouvrirent alors et le confière au Père qui commença sa lecture :


Lecture des Saints Ecrits
Chère assemblée, chers fidèles,

Aujourd'hui, c'est la mémoire de Sainte Maïté qui orientera notre messe. Martyrisée par ceux à qui elle voulait apporter la vérité, elle n'abandonna cependant jamais sa prêche et sa volonté de les sauver.

"Soyez bénis mes frères, vous qui partagez avec moi la lumière de la foi en l’Unique. En vérité, en vérité je vous le dis, ne cédez pas à la tentation de suivre ceux qui ne sont pas comme vous dans leurs cultes de dieux obscurs qui vous éloignent de la foi véritable. Ils se sont construits de faux dieux par jalousie et leur insufflent la vie par leurs prières, mais ce ne sont là que des reflets de leur propres aspirations et leur imagination. Tous ne sont que des facettes différentes de notre dieu, le seul, l’Unique. Tel qui croit prier un dieu pour réussir un ouvrage prie en réalité un des visages de l’Unique, tel qui croit prier pour être en sécurité prie en réalité un des visages de l’Unique. Mais leurs voix se perdent, leurs prières s’égarent car au lieu de s’adresser à l’Unique, ils s’adressent à des idoles, leur donnant un pouvoir qui affaiblit l’Unique car s’ils ne le prient pas, celui-ci ne peut les entendre, l’Unique est un, il ne peut être dissocié en une multitude d’identités différentes.
Si nous laissons faire, un jour plus personne ne priera l’Unique, tous prieront des dieux différents.

L’Unique m’est apparu en songe après un long jeûne et de ferventes prières, sa voix était très lointaine et je peinais à l’entendre distinctement. Mais après de nombreux efforts et une grande attention j’ai pu entendre sa Divine Parole.

« Ne vous divisez pas, ne vous querellez pas, je suis avec vous, je veille sur tous mes enfants qui me prient et s’adressent à moi pour que je les sauve, quels qu’ils soient. Alors avec humilité je vous le demande, ne vous divisez pas, car plus vous vous éloignez de moi et moins je peux vous entendre. C’est la prière que je vous adresse. »"



Homélie

A l'image de Sainte Maïté, ne délaissons jamais notre tâche première qui est de guider ceux qui se sont égarés. Tel est notre devoir dans notre quête pour devenir, comme elle, des Saints. Diffuser le Nom de l'Unique est une des prières fondamentales que nous pouvons lui faire.

Je ne vous mentirais pas : cela n'est pas toujours simple. Les hommes se confortent dans des duperies sans nom, et accepter leurs erreurs leur apparaît cruel. Mais qu'importe les épreuves que vous feront subir ceux qui se croient supérieurs à vous, n'allez pas y trouver une souffrance, mais une justification à vos actions : car ces gens sont barbares. Vous n'avez pas à rougir, vous n'avez pas à douter car vous œuvrez pour le Bien. Leur ignorance les incite à vous rejeter et les voilà qui se lovent dans des écheveaux de fausseté. Ne leur donnons pas tous les tords : ils agissent ainsi pour se protéger, ignorant qu'ils sont leur véritable ennemi car, par ces mensonges qu'ils acclament, ils se détournent de leur protecteur l'Unique, le seul rempart contre les démons de ce monde.

Ne voyez pas de la haine dans leurs regards, voyez-y de la peur : la peur qui habite ceux qui ignorent la Vérité, ceux qui n'ont pas une Foi Sincère. Mais ne vous laissez pas troubler pour autant, car montrer la Vérité n'est jamais cruel, et le confort qu'offre le mensonge n'est jamais éternel. Sainte Maïté nous invitait - et nous invite toujours de sa place aux côtés de l'Unique - à combattre les hérétiques car cela est bon. Notre épée est libératrice : séparées de leurs corps, leurs âmes se verront affranchies de cette peur qui les tiraille et les aveugle. Ils pourront alors, dans un dernier souffle, comprendre l'erreur dans laquelle ils s'étaient embourbés, et accepter cette délivrance qui leur offre un dernier espoir d'échapper aux feux de la Géhenne. Ne voyez plus ce corps comme un être, mais comme une prison dans laquelle est enfermée une âme à sauver : vous détourneriez-vous d'une entité en détresse qui vous implore de la libérer ?

Ce corps nous soumet à des passions, nous soumet à des démons. Il nous pousse à ne voir que des parties de l'Unique : la douleur, la joie, l'art... oubliant de considérer les autres, oubliant que toutes ces choses sont un Tout, sont notre Père. Sainte Maïté a jeûné pour entendre l'Unique, Saint Yougonoul s'est également soumis à de telles privations. Le corps peut être prison pour ceux qui ne Croient pas. Vous n'êtes pas un assassin si vous tuez un hérétique, car celui qui rejette l'enseignement de l'Unique est devenu esclave de son corps ; et tout esclave doit être libéré.

Voyez également que montrer la Vérité à un hérétique, c'est en sauver plusieurs, car ceux qui acceptent cette vérité ne couleront pas leur peuple dans un océan d'illusions et ne mettront plus le monde en péril. Ne tournez jamais le dos à votre prochain : toute main tendue est une chance de sauver une âme, et toute âme sauvée est un nouveau frère accueilli au sein de l'Eglise et capable à son tour d'aider son prochain. Ne vous détournez jamais de la laideur de l'hérésie, ne vous laissez pas submerger par la difficulté : pour chaque voix qui se perd, pour chaque prière qui s'égare, nous devons redoubler d'ardeur pour guider les hommes vers le bien, pour sauver nos frères. Ils refusent car ils ignorent, en se détournant de Lui ils L'empêchent de les protéger. L'Unique veut veiller sur tous ses enfants, quels qu'ils soient. Son amour est suffisamment grand pour nous tous, comme son coeur accueille chacun de nous sans jamais chavirer. En ouvrant les yeux de notre prochain, nous empêchons son coeur de se fermer à Lui, et de le laisser se condamner lui-même.

"Ne vous divisez pas" : quiconque s'éloigne de Lui ne peut entendre cette prière. Unissons-nous au sein de Sa lumière, instruisons les peuples et amenons-y avec nous nos frères pour qu'eux aussi partagent la joie de rejoindre l'Unique quand leurs corps et toutes leurs entraves libèreront leurs âmes. Telle est notre prière, tel est notre devoir. Ne formons plus qu'un au sein de cette Eglise que nous chérissons, de cette Eglise qui veille sur vous, de cette Eglise qui vit par vous, de cette Eglise qui est le lien entre vous et l'Unique.

RP :
C'est au cours de ce dernier paragraphe que les enfants de choeur transportèrent à travers les allées des corbeilles pour récolter les dons des fidèles alors présents.


Prière de l'ordre
RP :
Cette homélie fut suivie d'un nouveau chant, indiquant la fin de la messe, qui fut finalement close par l'envoi traditionnel aux messes de l'In Ecclesia Veritas.


Communion
L'Unique est à vos cotés, il guide vers Sa Lumière tous ceux qui écoutent sa voix et obéissent à son Eglise.

Que nul n'ignore Son nom ! Le nom est le début de toute chose. Vous avez chacun un nom, portez le fièrement, aussi fièrement que votre blason, votre famille : vous êtes tous "Enfants de l'Unique".
Allez vers l'autre, présentez-vous, rencontrez-le, car c'est là la première chose pour répandre l'espoir, la connaissance, la bonté, la foi.
Je suis père Amptoire, enfant de l'Unique, et vous, mes frères ?

RP :
Les fidèles se tournèrent alors chacun vers son voisin et se présentant en lui serrant la main : "Je suis Annie/Térence/Évangéline/Jacques/etc, enfant de l'Unique, et je vous souhaite une belle journée !" et quittèrent ensuite l'église avec un sourire.


Cette messe vous a été proposée par l'IEV.
Luccrecia Berlusconi - Qui vit par le feu meurt par le feu.
Néopilina - Qui vit par l'eau peut apparemment mourir par le feu également.

Revenir vers « L'Eglise de l'Unique »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité